Fiscalité/Droits/Taxes

Paradis fiscaux : ils existent depuis 4 000 ans

Publié le
pixabay

pixabay

Le scandale du « Panama Papers » et son lot de révélations sur les fortunes qui veulent se mettre à l’abri des taxes, nous surprendrait presque. Pourtant, l’histoire des paradis fiscaux est aussi vieille que le commerce…

L’histoire des paradis fiscaux est étroitement mêlée à celle de la fiscalité. Ainsi, depuis le II millénaire av. J.-C., les premiers commerçants de la Grèce antique envoyaient déjà des émissaires dans certains ports afin que vendeurs et acheteurs, lors d’une transaction, se retrouvent à un point convenu pour transporter la marchandise et échapper ainsi aux taxes portuaires déjà existantes (on parlerait aujourd’hui d’opérations offshore).

Les paradis fiscaux se développent parallèlement aux États, à partir du XVII siècle, et se multiplient avec l’expansion du commerce et l’intensification des échanges de capitaux, lors de la première mondialisation.

Par exemple, des avocats d’affaires new-yorkais ont convaincu les gouverneurs de petits États américains qui avaient des problèmes budgétaires (le New Jersey dans les années 1880, le Delaware en 1898) de proposer un droit de franchise aux firmes qui y domicilieraient leur siège social.
Un essor particulier a eu lieu durant les années 1920 avec l’augmentation des prélèvements fiscaux à la suite de la crise de 1929.
Puis en 1930, année durant laquelle les juges britanniques ayant décidé que le fisc s’appliquait aux entreprises multinationales dont la décision stratégique se prend à Londres, les firmes échappent à l’impôt en inventant la « résidence fictive », plaçant le conseil d’administration dans un autre pays.
Nouvelle étape en 1934 avec le vote de la loi du secret bancaire en Suisse, laquelle permet de créer des comptes masqués).
Puis, il y a eu les Trente Glorieuses au cours desquelles on a assisté au contournement de l’État-providence et au développement de la City grâce à la chasse aux eurodollars encouragée en 1957, lorsqu’il prend la tête de la Bank of London and South America, par Sir George Bolton, ancien dirigeant de la Banque d’Angleterre. Toutes ces étapes ont permis aux paradis fiscaux de prendre leur véritable essor.

Depuis le début des années 1980 le mouvement ne s’est pas ralenti. Mais ceci est une autre histoire.

 

(d’après Haoui.com)

Published by

Eric Segard

Pour me contacter personnellement : alliance@cerfrance.fr

À propos de l'auteur

Eric Segard

Pour me contacter personnellement : alliance@cerfrance.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donner le résultat de l'addition *