Informatique

Internet et la sécurité de vos données

Publié le
Pixabay

Pixabay

Les personnes privées et les professionnels sont de plus en plus la proie de malveillances pour ne pas parler d’escroqueries. Nous attirons votre attention sur la recrudescence de malversations en tous genres.

 

 

 

Tout commence avec le courrier électronique

La première défense consiste à sécuriser ses mots de passe de messagerie et d’accès. Un mot de passe sécurisé contient au moins 8 caractères, un mélange de chiffres et de lettres, des majuscules et des minuscules, au moins 1 caractère spécial (#, ?, !, …).

Pour une deuxième « défense », l’idéal est d’ouvrir plusieurs adresses de messagerie :

  • une pour les proches,
  • une pour les relations professionnelles,
  • éventuellement, une pour les relations avec internet (inscriptions, newsletters, achats, …).

Dans ce cas, chacune aura un mot de passe différent, même si vous leur donnez une « racine » commune » et ne modifiez que 2 ou 3 caractères.

Méfiez-vous des propositions d’inscriptions « gratuites »

Quelques témoignages nous sont arrivés  :

M. C. artisan à Cosne-sur-Loire :

« Dernière tentative, un homme se réclame de la direction des Finances Publiques et prévient qu’une saisie va être réalisée chez moi. Pour arrêter la procédure et l’étudier, il demande l’envoi d’un chèque de 5000 euros … »

Mme P. kinésithérapeute dans le Cher :

« Nouvellement installée dans une urgence telle que je pense être victime d’une escroquerie ; lors de mon arrivée après plus d’un an d’abandon de la population, tout s’est fait dans la hâte et j’avais alors de très nombreux papiers, formulaires, etc. à remplir pour terminer mon installation précédente et réaliser toutes les formalités de ma nouvelle ouverture.
J’ai rempli, sans y prêter trop attention, un formulaire ressemblant à ceux de l’ordre des médecins et destiné à figurer dans l’annuaire des médecins.
Depuis j’ai reçu deux factures d’un organisme totalement fantaisiste, basé à l’étranger et me réclamant plus de 2000€ que je n’ai pas l’intention de payer.
 »


Le conseil de CERFRANCE

Avant de signer quoi que ce soit, vérifiez par vous-même ou auprès de votre expert-comptable que l’organisme existe et que la démarche est correcte.
Quelques indications doivent éveiller votre attention comme les organismes soit-disant officiels mais dont l’adresse est à l’étranger ou dans un site aéroportuaire. Comparez les logos.
Lisez tout le document et repérez les mentions relatives au coût et à la durée de souscription : elles y figurent toujours mais en « petites lignes ».

Published by

Pôle Informatique

Pour contacter D.BEAUVOIS au 02 48 78 53 87 ou informatique@alliancecentre.fr

À propos de l'auteur

Pôle Informatique

Pour contacter D.BEAUVOIS au 02 48 78 53 87 ou informatique@alliancecentre.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donner le résultat de l'addition *