Vente

Les cavistes profitent d’un marché en expansion

Publié le

pixabay

Les ventes de vin se portent bien en France, au grand bonheur des enseignes spécialisées. Fortes de leur organisation en réseau, celles-ci disposent des arguments nécessaires pour convaincre de futurs entrepreneurs de les rejoindre.

La France est le pays où l’on consomme le plus de vin dans le monde, derrière les États-Unis. Et selon les chiffres de Vin et Société – une structure qui représente les acteurs du secteur – 85 % des ménages français ont acheté au moins une bouteille en 2016. Les Français ont changé leur mode de consommation ces dernières années, réduisant certes leur consommation en volume mais privilégiant la qualité. « En 2016, le marché a progressé de 3,5 %, en valeur. Dans le détail, nous la hausse est de 1,9 % en grande distribution contre 5 % chez les cavistes », explique le directeur du réseau Inter Caves. Si les réseaux de distributions du vin sont multiples (grande distribution, vente en domaine, Internet, etc.), les spécialistes ont le vent en poupe  avec un panier moyen qui s’élève en moyenne à 46 euros. Parmi les enseignes spécialisées, Nicolas jouit d’une large visibilité avec plus de 500 implantations. D’autres acteurs, développés eux sous forme de commerce organisé, poursuivent leur développement comme Eurocave, V and B, Intercaves, BiboVino, Les Domaines qui Montent ou encore Cavavin.

La force des réseaux

Ces réseaux de cavistes disposent de plusieurs atouts face à leurs homologues indépendants. A commencer par la richesse de leur offre. Ils s’appuient sur un panel de fournisseurs important (souvent plus de 100) qui leur permettent de proposer jusqu’à 2000 références. Les « adhérents / franchisés » peuvent parfois commander « à la bouteille », ce qu’un indépendant ne pourra jamais se permettre. La force de l’organisation en réseau réside également dans les plateformes qui permettent aux magasins d’être livrés chaque semaine. Un service qui reviendrait trop cher à un indépendant. Une stratégie qui se retrouve dans de nombreux réseaux de cavistes ; le réseau permet au caviste de commander ses quantités par références. A l’inverse, l’indépendant s’engage sur un volume donné. Cela signifie qu’un franchisé peut prendre un carton et faire des essais, disposant ainsi d’une large flexibilité sur les choix et volumes.

Développer l’activité et la relation client

Si le vin reste le produit phare de la plupart des réseaux de franchisés, certains font le choix de développer d’autres rayons comme les bières ainsi que les spiritueux. Cette polyvalence permet d’attirer une nouvelle clientèle et de générer du trafic dans les magasins.

A cela s’ajoute une autre stratégie. Faire de la visite dans les points de vente, un moment particulier pour les clients. Pour cela, ils proposent le « signe œnologique » qui permet de présenter au client les vins qui lui correspondent.

Pour d’autres réseaux, il s’agit de créer de l’événement et de faire vivre la cave en créant des moments de partage avec des dégustations des vins d’une région spécifique, de cépages, d’appellations… cela permet d’inciter les clients à la découverte et au voyage.

Published by

Pôle Veille Viticulture

Pour contacter T.TULOUP : 02 48 78 53 96 ou veille-viticulture@alliancecentre.fr

À propos de l'auteur

Pôle Veille Viticulture

Pour contacter T.TULOUP : 02 48 78 53 96 ou veille-viticulture@alliancecentre.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donner le résultat de l'addition *