Economie/Gestion Patrimoine/Prévoyance

Assurance de prêt, faire jouer la concurrence et bousculer les idées reçues ?

Publié le

Pixabay

Comme vous le savez, vous pouvez désormais changer d’assurance emprunteur en faisant jouer la concurrence. Cette opération génère des économies parfois significatives.En revanche, au-delà de ce gain, êtes-vous certain de rester bien assuré ? Êtes-vous sûr d’avoir fait les bons choix lors de la souscription de votre assurance emprunteur ?

Réalisez des économies

Depuis le 1er janvier, vous pouvez changer d’assurance de prêt, à tout moment pendant la première année du prêt, puis à chaque date d’anniversaire du contrat. Cette règle s’applique quelle que soit la date de souscription du prêt.

Une réelle protection ? Bousculez les idées reçues

Vous avez contracté un crédit pour acquérir votre logement ou pour financer des travaux de rénovation. Vous avez souscrit une assurance emprunteur pour vous protéger, ainsi que vos proches, en cas de décès ou d’invalidité qui vous empêcherait d’assurer le remboursement de l’emprunt. En règle générale, on a tendance dans un couple à assurer seulement celui qui perçoit la rémunération la plus importante. Ce n’est pas optimal, mieux vaut privilégier une assurance qui assure à 100 % chaque coemprunteur.

Prenons deux exemples :

Supposons que Monsieur A perçoive une rémunération plus importante que Madame A et qu’il soit en conséquence le seul assuré. Or, c’est Madame qui décède en premier. Monsieur devra diminuer son activité professionnelle ou financer des charges qu’il partageait auparavant avec Madame (garde d’enfants, charges du ménage…). Il peut avoir des difficultés pour rembourser l’échéance totale du prêt.

Monsieur et Madame B sont assurés à 50 % chacun. Lors du décès de l’un d’eux, le survivant devra rembourser seul sa part du prêt, ce qui peut être financièrement inconfortable.

A vérifier avant de souscrire :

  • Les exclusions que comporte votre contrat : les sports ou les activités professionnelles dangereuses, certaines maladies et certains accidents, les antécédents médicaux (les pathologies dorso-psychologiques sont généralement exclues).
  • Le délai de carence et le délai de franchise pratiqués par votre assureur.
  • L’âge à partir duquel la garantie décès ne prend plus en charge le remboursement des échéances.
  • Le pourcentage d’invalidité à partir duquel la garantie invalidité prend en charge le remboursement.
  • La définition de l’incapacité couverte.
  • Les exclusions de la garantie perte d’emploi. Elle n’est souvent ouverte qu’aux personnes qui ont un CDI, depuis plus de 6 mois consécutifs, chez le même employeur. La perte d’emploi liée à une rupture conventionnelle, à une démission volontaire ou à un licenciement pour faute lourde sont également exclues.

Repris de la Lettre d’information Prévoyance / Patrimoine de Cerfrance Alliance Centre

Published by

Pôle Patrimoine

Pour contacter notre pôle Patrimoine : patrimoine@alliancecentre.fr

À propos de l'auteur

Pôle Patrimoine

Pour contacter notre pôle Patrimoine : patrimoine@alliancecentre.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donner le résultat de l'addition *